FAQ Foire Aux Questions

Sur la durée de l'expérimentation, de nombreuses questions ont été posées à la CCGV.

Voici les plus fréquentes :

Puis-je faire rouler l'ensemble de mon parc avec de l'HVP ?
L'utilisation d'HVP Carburant ne peut s'envisager que sur des véhicules à moteur diesel.

Quelles sont les modifications à effectuer sur les véhicules pour pouvoir les faire rouler avec de l'HVP ?
Jusqu'à 30% d'HVP, aucune modification n'est à réaliser. Cependant, il convient avant tout essai, de nettoyer les circuits de distribution du gazole et de surveiller le comportement du véhicule ainsi que les filtres à gazole qui auront tendance à s'encrasser rapidement en raison de l'effet détergent de l'HVP.
L'étape à 30% d'HVP est nécessaire pour mieux préparer l'étape à 100% d'HVP qui ne peut se faire que sur certains véhicules, avec un équipement adapté.

La production d'HVP ne va-t-elle pas concurrencer les cultures alimentaires ?
La filière HVP est une filière purement locale et limitée à un nombre restreint de véhicules. Les HVP ne pourront jamais répondre aux besoins de l'état français en matière de carburants. Cette filière ne peut donc pas être rendue responsable du phénomène en train de se produire à l'échelle mondiale. Les spéculations sur le coût des graines ainsi que les mauvaises récoltes subies sont plus à l'origine de ce problème.


Des précautions doivent-elles être prises pour fonctionner avec de l'HVP en hiver ?
La station de pompage ainsi que le système de stockage des HVP doit être tenu à température ambiante car en hiver , l'HVP se fige plus facilement que le gazole. Avec une pompe de distribution à l'extérieur, le plein en hiver est dur à réaliser pour les véhicules à 100% d'HVP. A 30% d'HVP, le mélange se fait parfaitement.

Comment procédez-vous pour effectuer ce mélange ? Est-il possible de l'effectuer préalablement au plein ?

Nous faisons le mélange directement dans les réservoirs car nous ne savions pas au départ qu'il existait des pompes faisant directement le mélange au pourcentage souhaité. Nous voulions faire directement la préparation en cuve mais cela demandait une autorisation préfectorale en tant que fabricant de carburant.

On peut craindre la tentation de mettre plus d'engrais pour avoir plus de production...
La production d'HVP carburant, telle que la réalise notre fournisseur depuis 2005, est un modèle à reproduire très largement. En effet, elle comporte des apports d'intrants réduits en raison d'un développement de la vie des sols entretenus par leur technique culturale dite "technique culturale simplifiée". .
Pour le bilan environnemental de cette HVP, il suffit de comparer un pétrole fossile extrait à renfort de technologie couteuse avec des transports comportant des risques importants de pollution et des déchets dont on ne sait trop quoi faire, avec les HVP en tant qu'énergie renouvelable sans risque de pollution potentiel car en circuit court et fabriquées par simple pression à froid suivie d'une décantation et de filtrations avec production d'une valeur ajoutée pour l'agriculteur, le tourteau.

Quel est le bilan économique du projet après une année d'utilisation ?
Essentiellement les coûts de l'entretien mécanique effectué sur les 10 véhicules de collecte lors de la première année. Le responsable de l'atelier de mécanique estime à 40 heures passées sur ce dossier HVP pour l'ensemble des 10 véhicules. Au coût du privé (55€/heure), l'enveloppe est donc de 2 200 € pour le suivi mécanique des 10 Bennes de collecte.
Après une année d'utilisation (TVA 5,5% et sans TGAP), les dépenses ont équilibrées les recettes par rapport à l'évolution du coût du gazole.

Quel est le rôle de l'IHVP dans le suivi de l'expérimentation ?
L'Institut Français des Huiles Végétales Pures (IFHVP) nous conseille et vérifie le produit, son stockage, sa fabrication... Leur rôle est de nous faire remonter aussi l'actualité sur ce dossier, de répondre d'un point de vue technique sur le matériel mis en place, son adaptation, un accompagnement dans le circuit juridique que nous suivons et dans l'identification des agriculteurs capables de répondre à nos besoins aussi bien quantitatif que qualitatif. Souvent, l'IFHVP conseille aussi les agriculteurs sur leurs installations.

Comment la CCGV s'approvisionne-t-elle en huile et à quel prix ?
La CCGV ayant démarré son opération alors qu'aucun texte règlementaire n'encadrait la démarche (exceptée la directive européenne 2003-30), à l'époque le choix de la procédure d'achat d'HVP pour cette expérimentation (autorisée par l'article 2 de la loi de décentralisation) a été lancée en deux temps pour avoir le plus de transparence possible. En 2006, nous avons donc fonctionné avec deux marchés apportant une couverture juridique aux agriculteurs :
marché de fourniture de graines de tournesol à l'époque à 210 €/tonne
marché de prestation de service pour le pressage de nos graines à 123 €/tonne avec une moins-value pour la reprise des tourteaux.
Globalement en 2006, nous avons fonctionné à 0,80 €/litre TTC avec une TVA à 5,5% et sans TIC. Cependant la CCV provisionnait 10% du montant d'achat des graines.
Depuis 2008, nous conventionné avec les services de l'Etat et des Douanes et aujourd'hui nous travaillons sur la base d'un accord-cadre, au prix de 1,02 €HT/l en mai 2008.

Etant donné la flambée des prix des oléagineux, la filière peut devenir "moins" attractive économiquement, quelles seraient alors les motivations de la CCGV pour continuer dans cette filière ?
La protection de l'environnement bien sûr !
L'économie du système est effectivement remis en cause avec cette flambée des prix de la graine. Cependant limiter la réflexion du choix du carburant là-dessus réduit les possibilités de développement de nouvelles filières et demain quand il n'y aura plus de pétrole, le système économique sera très différent de celui que nous connaissons à ce jour.
Pour ceux qui sont en charge d'un service public utilisant des véhicules fort consommateurs (Collecte des OM, Vidange et assainissement, ...) tout en veillant à l'équilibre financier de ce service, l'enjeu est prépondérant et ils doivent rechercher d'autres solutions ... Les HVP en représente une. Alors ce peut-être dans un objectif de protection de la planète à l'échelle d'une collectivité (c'est déjà bien !), le bien-être du milieu rural et sa réconciliation avec la ville (les plus-values lors du pressage obtenues sur la vente du tourteau reste chez eux), son indépendance par rapport aux financements de la PAC qui s'arrêteront prochainement, l'utilisation des terres en jachère, le passage pour les déplacements à une véritable énergie renouvelable présentant de plus le meilleur bilan environnemental dans tout ce qui existe aujourd'hui. La recherche dans ce domaine avance mais n'a pas encore abouti (véhicules électriques avec des batteries trop lourdes, Gaz GPL ou GNV, il s'agit encore d'une énergie fossile sauf si l'on développe la méthanisation... Diester® et bioéthanol : les bilans environnementaux sont catastrophiques).

D'un point de vue organisationnel, quelle est la durée de cette expérimentation ?
Le protocole est signé pour une base de trois ans, avec les douanes et la préfecture.

La CCGV envisage-t-elle l'avenir avec d'autres véhicules équipés en HVP ?
Nous avons déjà testé cinq camions du service Voirie à 30% d'HVP. Après analyse de leur fonctionnement, nous avons du interrompre l'utilisation d'HVP en raison d'un fonctionnement sans montée en charge du moteur.
D'autres véhicules sont aujourd'hui à l'étude.

Questions sur le sujet des huiles de friture qualité carburant.
Nous travaillons actuellement avec de l'Huile Végétale Pure, obtenue par pression à froid de graines de tournesol. Dans le cadre de notre compétence de collecte des déchets ménagers, nous récupérons aussi des huiles de friture usagées sur nos déchetteries, mais nous ne disposons que de 400 litres par an de ce type de produit. Une quantité insuffisante pour pouvoir en faire quelque chose d'intéressant.
En outre, cette dernière dénommée Huile Alimentaire Usagée (HAU) est interdite à la carburation (BOD n°6728)
Pour plus d'information, prenez contact avec la Communauté d'Agglomération de La Rochelle qui s'est engagée à expérimenter l'HAU sur ses camions de vidange, ou avec les associations travaillant sur ce sujet telle que «Roule ma frite» et «Roule ma fleur».

L'hebdo radio du Grand Villeneuvois
La rainette
Achetez en Villeneuvois Rejoignez-nous sur Facebook
Mentions légales
Communauté d'Agglomération du Grand Villeneuvois - 24 rue du vieux pont - 47440 - Casseneuil
Tel: 05.53.71.54.81 - Fax: 05.53.40.16.55 - contact@grand-villeneuvois.fr