Communauté d'Agglomération du Grand Villeneuvois

Cérémonie des voeux

Le discours du Président, Patrick Cassany

Mesdames,
Messieurs,

Monsieur le Directeur général, je vous remercie pour les vœux que vous avez formulés à mon égard, et je vous adresse en retour mes meilleurs vœux pour vous même et pour tous les agents de la Communauté d’Agglomération du Grand Villeneuvois.

Comme chaque année, cette cérémonie est l’occasion de dresser le bilan des mois qui viennent de s’écouler, et de tracer les perspectives pour les mois à venir.

Ces dernières années ont été compliquées sur le plan financier, pour l'Agglomération comme pour toutes les collectivités confrontées à la baisse des dotations pour contribuer à l'effort de redressement des comptes publics à hauteur de 11 milliards d'euros. Les effets de cette situation furent probablement plus brutaux et rapides pour notre Agglomération, jeune collectivité, qui fut victime d'un « effet ciseaux » entre la montée de ses investissements et la baisse de ses ressources.

Après avoir encaissé le choc de la baisse de ses ressources en 2014-2015, il importait d'abord de garder son sang-froid, de distinguer l'essentiel de l'accessoire, et de prendre des mesures fermes, mais efficaces. C'est qui a été fait en nous recentrant sur nos compétences propres, en réduisant nos coûts de fonctionnement, et en repensant nos modes d'action. C'est ce qui nous avait permis d'inverser la tendance dès la fin 2015, comme l'atteste le compte administratif de 2015.

En 2016, il a fallu maintenir ce cap, avec une stratégie, une prospective financière claire, cohérente, permettant à l'Agglomération de retrouver une stabilité financière durable dans un environnement perturbé. C'est ce que nous avons fait !

J'entends parfois dire, par des gens qui sont certainement mal informés, parce que je n'imagine pas qu'ils soient mal intentionnés, que l'Agglomération serait «surendettée». C'est faux !

J'entends aussi dire que l'Agglomération, je cite, «ne maîtriserait pas ses coûts de fonctionnement». C'est encore faux !

L'endettement d'une collectivité se mesure en fonction de sa capacité de désendettement : à 15 ans, on est dans le rouge, à 12 ans, dans l'orange et à 10 ans dans le vert. Les principaux ratios de gestion, que nous suivons bien-sûr régulièrement, me permettent de vous dire, dès aujourd'hui, que la capacité de désendettement de la CAGV sera inférieure à 7,5 années dans le prochain compte administratif de 2016. Ce qui est un excellent ratio !
Quant à nos dépenses de fonctionnement, non seulement elles sont maîtrisées, mais elles sont même en forte baisse. Elles ont baissées de 7 % les deux dernières années, ce qui représente la somme de 2 M€.

Quant à notre taux d'épargne brute, il est de18 %, soit 4,5 M€.

En clair, après l'orage menaçant de 2014-2015, l'Agglomération du Grand Villeneuvois est sortie de cette zone de turbulences, a retrouvé ses marges de manœuvre et une bonne santé financière.

Naturellement, il ne s'agit pas pour autant de relâcher nos efforts, notamment en ce qui concerne les dépenses de fonctionnement et de personnel. En ce qui concerne les écarts importants de CFE constatés, dans quelques cas, comme je l'ai indiqué, nous examinerons les correctifs possibles. Nous avons une stratégie, une prospective jusqu'en 2020, nous la tenons.

C'est dans cette optique que nous avons adopté le schéma de mutualisation des services. Depuis le 1er janvier 2017, nous avons mutualisé le Pôle Ressources entre l'Agglomération et la Ville de Villeneuve, c'est à dire la DRH, les Finances et l'Informatique.

Nous poursuivons ainsi une démarche initiée il y a quelques années avec le Pôle Urbanisme et le service des Marchés publics.

Je tiens à remercier et à saluer les agents de ces services parce que cela représente pour eux des changements et des capacités d'adaptation, et je veux leur dire que je n'ai aucun doute sur leur capacité à réussir ce challenge. Je pense en particulier au service de la DRH qui doit désormais assurer la gestion de plus de 800 agents.

Nous avons aussi réorganisé et optimisé notre système de collecte des ordures ménagères, avec la construction d'un quai de déchargement et une nouvelle organisation des tournées. Ce qui nous a permis de réduire fortement le coût de ce service de 11 %, soit 582 000 €. Nous allons poursuivre cette démarche d'optimisation avec le développement des conteneurs enterrés et de la conteneurisation. A cet égard, je voudrais saluer les agents du service des OM qui exercent leurs missions dans des conditions difficiles, notamment comme ces jours-ci en raison de la météo.

En matière de voirie, comme je m'y étais engagé, nous avons arrêté un programme pluriannuel d'investissement jusqu'en 2020 permettant à chaque commune de connaître son «droit de tirage» annuel. Pour répartir les crédits, nous avons aussi défini un critère absolument objectif : la surface de voirie de chaque commune. Difficile de faire plus objectif ! De plus, en accord avec les communes, il a été décidé qu'elles reverseraient une part de leur FPIC pour accroître le budget destiné aux travaux de voirie. Cela représente une somme de 300 000 €, qui sera intégralement affectée au budget de la voirie.
Deux communes ont décidé de ne pas être solidaires des 17 autres communes sur cet objectif et ces moyens, personne n'en ignore les vraies raisons, et on ne peut que le déplorer. Naturellement, par souci d'équité envers les 17 autres communes, qui ont toutes joué le jeu de la solidarité et d'une plus grande efficacité dans un domaine important, il sera procédé aux ajustements nécessaires en proportion de ce qu'elles auraient du apporter.

Dans le domaine culturel, je voudrais saluer nos deux écoles : l'école de Musique et de Danse, et l'école d'Art André Malraux, qui contribuent fortement à l'attractivité et au rayonnement de notre territoire.

Je tiens à dire ici publiquement à nos collègues, qui en ces temps de contraintes financières, pourraient être tentés par des coupes claires dans le domaine de la culture, que ce serait une orientation dangereuse. Il y a aujourd'hui un risque qui nous menace avec le renforcement des grandes métropoles et tout l'enjeu pour nous à l'avenir, comme pour les autres agglomérations de taille moyenne, sera de positiver notre situation par rapport à la métropole bordelaise. Le risque est en effet fort de voir ces grandes métropoles rayonner économiquement et culturellement avec à leurs marges des déserts. C’est un problème politique et de société majeur. Il ne faut pas laisser ces déserts se créer, se développer, parce que nous savons déjà qu'ils n'entraîneraient dans la population que des sentiments de rejet, de frustration et de délaissement peu propice, nous le savons aussi, à la raison et à l'ouverture d'esprit.

Alors oui, il faut se battre, il faut se battre ici et maintenant, y compris dans le domaine culturel. Nos écoles ont à cet égard un rôle important à jouer, dans leurs murs et hors de leurs murs. C'est d'ailleurs ce que fait l'Ecole de Musique avec un programme de manifestations dans les différents villages, ou avec la très belle et très porteuse d'avenir opération Orchestre à l'école, initiée dans le cadre de la politique de la ville et qui est appelée à se développer.

L'attractivité du territoire, ce sont aussi des services à la personne efficients, comme les trois maisons de santé pluridisciplinaires, les centres de loisirs, les RAM et les crèches dont je salue aussi les agents pour leur attention particulière et leur professionnalisme.

Si 2016 a été l'année où nous avons posé les bases d'une stabilité financière durable de l'Agglomération, ce fut aussi l'année du développement durable.

L'année où l'Agglomération du Grand Villeneuvois a été reconnue nationalement pour son action en faveur du développement durable en bénéficiant du label
«Territoire à énergie positive pour la transition énergétique». Grâce à cette reconnaissance nationale, avec Michel Van Boosstraeten, j'ai pu signer à Paris avec Ségolène Royal, la Ministre de l'Environnement, une convention nous permettant de percevoir 2 millions d'euros pour financer sur le territoire du Grand Villeneuvois des investissements en matière de développement durable et de transition énergétique engagés par l'Agglomération, mais aussi par des communes ayant des projets dans ce domaine : Monbalen, Pujols, Saint-Etienne-de-Fougères et Villeneuve-sur-Lot.

Le Villeneuvois est riche de son patrimoine historique et architectural. Nous sommes dans ce domaine également reconnus nationalement et labellisés comme Pays d'Art et d'Histoire. Nous devons préserver, valoriser, mettre en valeur notre patrimoine parce que c'est notre bien commun et notre mémoire commune, mais aussi parce que c'est un levier pour notre développement futur, notamment dans le domaine touristique.

C'est en particulier le cas pour le Lot. Il y a quelques semaines, j'avais invité une dizaine d'acteurs du tourisme de notre territoire pour échanger directement. Le Lot est clairement apparu comme un moyen d'identification du territoire et un véritable atout touristique. Une étude d'aménagement paysager des bords du Lot a été lancée par l'Agglomération, et dans cette même logique, je souhaite qu'elle puisse se traduire rapidement par des travaux de mise en valeur des berges du Lot.
C'est un lieu privilégié pour que les habitants du grand Villeneuvois et les touristes se réapproprient le Lot.

Nous avons aussi lancé en 2016, en partenariat avec la Chambre d'Agriculture, l'opération Fermes de Lot et Bastides, pour faire connaître aux habitants et aux touristes le savoir-faire de nos agriculteurs et la qualité des produits de chez nous. 21 agriculteurs ont participé à cette opération dès la première année et en ont tiré un bilan positif. Cette opération sera donc poursuivie et amplifiée.

La formation est un sujet majeur pour construire l'avenir de notre territoire. Chaque fois qu'il y a une étude socio-économique sur le Villeneuvois, la faiblesse du territoire en matière de formation est pointée du doigt. C'est pour cela qu'avec les organismes de formation, les lycées Leygues et Couffignal, nous travaillons sur un projet territorial de formation.

J'ai rencontré le proviseur des 2 lycées qui sont appelés à se regrouper, M. Bollé, et nous sommes tombés d'accord pour que le futur grand lycée commun devienne véritablement le lycée du territoire, le lycée du Grand Villeneuvois. Et c'est ensemble que nous rencontrerons la Région pour défendre un véritable projet de formation territorial.

C'est dans ce cadre que je souhaite qu'un Campus formation puisse voir le jour sur le site de Saint-Cyr avec plusieurs organismes de formation, mais aussi l'Institut de Formation des Soins Infirmiers.

Un projet prend forme. C’est un travail long et compliqué, mais une chose est sûre c’est que si on ne fait rien, il ne se passera rien. Ce projet sera prochainement présenté au Conseil régional, dont la décision sera déterminante puisque c’est désormais la collectivité compétente en matière de formation.
C'est un enjeu essentiel pour le territoire du Grand Villeneuvois, pour ses entreprises et pour tous ses habitants quelle que soit leur commune. Et je ne doute pas que mes collègues maires, et vous tous ici, élus du Grand Villeneuvois, comprendront et s'approprieront ce sujet de la formation, qui est un enjeu vital pour l'avenir de notre territoire.

Autre enjeu vital pour le territoire, l'enjeu lié à l'aménagement.

Nous avons engagé l'an dernier l'élaboration d'un Plan Local d'Urbanisme Intercommunal à l'échelle de l'Agglomération. En réalisant tous ensemble ce document, nous économisons bien-sûr des coûts, mais surtout, cela nous permet d'avoir une vision plus globale et plus cohérente de l'aménagement de l'ensemble de notre bassin de vie. Je salue à cet égard l'équipe du Pôle Urba, «les architectes de notre avenir», dont je connais la complexité des nombreuses missions, de fournir leur ingénierie aux maires tout en ayant une vison de l'aménagement global de l'ensemble du territoire.

Bien sûr, nous devrons respecter le cadre fixé par la loi, notamment en matière d'habitat, et nous devrons prendre en compte de grandes orientations comme la nécessité de préserver les espaces naturels et agricoles. Il y aura aussi un autre enjeu, qui est celui de maintenir les équilibres entre la ville-centre, qui est Villeneuve et qui représente plus de la moitié de la population, et les autres communes du territoire.

En effet, et ce sera certainement un des enjeux majeurs de cette démarche, nous devons tous prendre conscience que nous faisons partie d'un même territoire, d'un même bassin de vie, d'un même bassin d'emploi et qu'il y a donc une véritable interdépendance entre nous. Notre destin est lié quelle que soit notre commune historique et de cœur.

Je l'ai dit lors des vœux à Villeneuve et je le redis ici devant tous les élus du Grand Villeneuvois parce que je crois que c'est un sujet important pour l'avenir, il faut que nous comprenions tous que si nous ne prenons pas en compte les évolutions des pratiques de consommation, que l'on constate partout et pas seulement chez nous, un déclin commercial du centre-ville de Villeneuve, qui est le cœur de l'Agglomération, aurait immanquablement des conséquences sur tout le reste du territoire. Si la ville-centre ne conserve pas son rayonnement, c'est tout le reste du territoire qui en pâtira. Ou nous nous en sortirons ensemble, ou nous déclinerons ensemble !

Dans ce domaine aussi, je suis convaincu qu'il n'y a pas pire politique, que la politique du laisser faire. C'est à la puissance publique, garante de l'intérêt général, à la collectivité, de fixer le cadre.


Il ne s'agit en aucune façon de bloquer le développement commercial de la périphérie, et nous en avons discuté encore hier avec le maire de Bias de façon intelligente et constructive, mais de mieux l'organiser et de façon complémentaire au développement commercial du centre-ville. Chacun peut et doit trouver sa place et ses clients, qui sont d’ailleurs les mêmes, sur notre territoire.

C'est pour cela que nous proposerons de réserver en périphérie les commerces de plus de 300 m2 et de réserver notamment au centre-ville les commerces d'habillement et de chaussures. Ce qui laisse en périphérie un champ d'activités très important. C'est d'ailleurs aussi l'intérêt de notre bassin de vie que des enseignes locomotives puissent s'y installer.

Notre objectif, c'est la complémentarité. Une complémentarité qui passe par des règles.

C'est un sujet qui concerne l'économie locale et le développement économique est au cœur de l'action communautaire. Depuis le 1er janvier 2017, l'Agglomération est compétente sur toutes les zones d'activités. J'en profite pour féliciter la direction du Développement économique qui joue un rôle important d'accompagnement des entreprises, mais aussi, et c'est essentiel, d'anticipation.

Aujourd'hui, l'activité économique repart. Sur le terrain, et je rencontre des entreprises régulièrement, on peut constater que l'investissement redémarre, ce qui est une bonne nouvelle pour l'emploi.

Je pense au groupe Deuerer, qui produit des aliments pour les animaux, qui devait choisir entre trois sites en Allemagne, en Angleterre et à Villeneuve-sur-Lot pour développer ses activités. Il a choisi Villeneuve avec plus de 25 millions d'euros d'investissement et la création de plus de 50 emplois.

Je pense au groupe Fonroche qui a construit une unité de méthanisation. On parle souvent de développement durable, concept que l'on met souvent à toutes les sauces, mais là c'est du concret ! Avec les déchets de l'industrie agro-alimentaire et de l'agriculture, du bio-gaz est produit et revendu. Ce qui fait d'ailleurs de Villeneuve un cas unique en France, puisque l'unité de méthanisation produit suffisamment d'énergie pour alimenter la moitié de la population villeneuvoise ! Fonroche a de nouveaux projets, notamment pour développer des stations d'alimentation en bio-gaz qui pourraient servir aux entreprises de transports routiers. Une grande entreprise villeneuvoise de transport est intéressée. La Ville et l'Agglo vont aussi s'y intéresser pour leurs propres flottes de véhicules.

Je pense aussi à l'entreprise Hardag, qui fabrique des boîtes de conserves et qui, grâce à un accord négocié avec la mairie et un investisseur, va pouvoir s'agrandir et se développer. Je pense aussi à l'entreprise les Vergers d'Escoute que nous accompagnons, qui va quitter Penne pour s'installer dans le Grand Villeneuvois à Sainte-Livrade.

Nous allons avoir un impératif, qui est celui de trouver du foncier disponible et correspondant aux attentes des entreprises.
C'est un grand chantier qui nous attend. Nous savons que sur l'agglomération, nous avons besoin chaque année de 8 ha de zones d'activités en intégrant la réhabilitation des friches industrielles. Sur la commune de Villeneuve, nous avons besoin d'au moins 2 ha de zones d'activités par an. Il suffit de constater que la zone d'activités du Villeneuvois, route de Tournon, commencée il y a dix ans avec 23 ha, est quasiment complète.

Nous avons commencé à acheter 9,4 ha de terrain avenue Henri Barbusse en face de la zone de la Barbière. Il faudra étendre notre périmètre de réflexion et d'aménagement dans ce secteur. L'enjeu, c'est l'activité économique et l’emploi !

Plusieurs entreprises qui ont des projets manifestent leur intérêt, dont le groupe GIFI, qui emploie à Villeneuve 850 salariés, et qui aurait besoin d'une quinzaine d'hectares pour développer ses entrepôts logistiques.

Vous le voyez, en 2017, le contexte économique est en train de changer : ça repart !

2017 sera une année importante. Notre pays aura des choix cruciaux à faire avec des élections présidentielles et législatives. Comme vous le savez, j'ai décidé de me consacrer pleinement à Villeneuve et au Grand Villeneuvois. Cela ne m'empêchera pas, comme élu et comme citoyen, d'être très attentif, vigilant et actif pour la défense de notre territoire.

Je forme donc le vœu que ceux qui auront en main les destinées de notre pays quels qu'ils soient, auront bien pris la mesure des efforts déjà accomplis par les collectivités territoriales pour le redressement des finances publiques, et qu'ils comprendront, comme l'a déjà indiqué le Président de la République lors du congrès de l'AMF, qu'une pause est dans ce domaine nécessaire.

Je forme aussi le vœu que l'importance du service public qui certes, doit être modernisé, soit clairement affirmée et défendue. Je travaille chaque jour avec des agents de l'Agglomération. Je connais donc leur compétence et leur sens de l'intérêt général, parfois même la vision qu'ils ont de l'avenir de notre territoire.

Je sais aussi comme élu local que le service public, c'est celui qui est au service de tous et notamment des plus pauvres. C'est ce qui nous permet de vivre ensemble. Oui, c'est parce qu'il y a un service public que j'ai pu voir l'an dernier dans une école des enfants jouer ensemble de la musique, alors que probablement beaucoup d'entre eux n'auraient, sans le service public, jamais eu accès à un instrument.

Je vous souhaite à toutes et à tous une très belle année 2017.


Politique de la Ville

Appel à projet 2017

Aujourd’hui, plus que jamais, la politique de la ville et sa dimension transversale est l’instrument indispensable de la volonté conjointe de l’État et des collectivités d’avancer dans cette direction.

A travers les trois piliers de son contrat de ville, la Communauté d’Agglomération du Grand Villeneuvois souhaite replacer l’homme au centre de sa réflexion en particulier dans les quartiers prioritaires de Villeneuve sur Lot et de Ste Livrade sur Lot. Adossé à une République garante de la liberté, de l’égalité, de la fraternité et de la laïcité, chaque habitant, chaque acteur, doit pouvoir trouver dans son environnement quotidien matière à son épanouissement en termes d’économie, de renouvellement urbain, de cohésion sociale, d’éducation ou de culture.

C’est l’objectif de cet appel à projets 2017 qui devra répondre à ces grandes problématiques en favorisant toutes les initiatives qui permettront d’améliorer l’attractivité des quartiers prioritaires et y développera le vivre-ensemble, condition nécessaire à la bonne évolution de toute société. La lutte contre toutes les formes de discriminations, la promotion de la femme dans l’espace public, la stimulation de l’esprit d’entreprise et le développement de toutes les formes de mobilité seront, en 2017, privilégiées.

Elle se déploie au sein des quartiers dits « prioritaires » :
[list]Quartier « Bastide au bord du Lot » à Sainte Livrade sur Lot
Quartier « Bastide » à Villeneuve sur Lot[/list]

[blank:pdf/20161215-appel-a-projet-2017.pdf][b]>>> Télécharger le dossier d'appel à projet 2017[/b][/blank]

Le présent appel à projet est ouvert dès le 15 décembre 2016. [b]Les dossiers complets devront être renseignés via la téléprocédure avant le 5 février 2017.[/b]

Les porteurs de projets disposent de cette période pour :
[list]prendre contact avec le technicien en charge de la politique de la ville sur le territoire concerné par leur action
effectuer les démarches en vue de compléter leur demande en ligne.[/list]

Cérémonie des voeux

Le discours du Président, Patrick Cassany

Mesdames,
Messieurs,

Monsieur le Directeur général, je vous remercie pour les vœux que vous avez formulés à mon égard, et je vous adresse en retour mes meilleurs vœux pour vous même et pour tous les agents de la Communauté d’Agglomération du Grand Villeneuvois.

Comme chaque année, cette cérémonie est l’occasion de dresser le bilan des mois qui viennent de s’écouler, et de tracer les perspectives pour les mois à venir.

Ces dernières années ont été compliquées sur le plan financier, pour l'Agglomération comme pour toutes les collectivités confrontées à la baisse des dotations pour contribuer à l'effort de redressement des comptes publics à hauteur de 11 milliards d'euros. Les effets de cette situation furent probablement plus brutaux et rapides pour notre Agglomération, jeune collectivité, qui fut victime d'un « effet ciseaux » entre la montée de ses investissements et la baisse de ses ressources.

Après avoir encaissé le choc de la baisse de ses ressources en 2014-2015, il importait d'abord de garder son sang-froid, de distinguer l'essentiel de l'accessoire, et de prendre des mesures fermes, mais efficaces. C'est qui a été fait en nous recentrant sur nos compétences propres, en réduisant nos coûts de fonctionnement, et en repensant nos modes d'action. C'est ce qui nous avait permis d'inverser la tendance dès la fin 2015, comme l'atteste le compte administratif de 2015.

En 2016, il a fallu maintenir ce cap, avec une stratégie, une prospective financière claire, cohérente, permettant à l'Agglomération de retrouver une stabilité financière durable dans un environnement perturbé. C'est ce que nous avons fait !

J'entends parfois dire, par des gens qui sont certainement mal informés, parce que je n'imagine pas qu'ils soient mal intentionnés, que l'Agglomération serait «surendettée». C'est faux !

J'entends aussi dire que l'Agglomération, je cite, «ne maîtriserait pas ses coûts de fonctionnement». C'est encore faux !

L'endettement d'une collectivité se mesure en fonction de sa capacité de désendettement : à 15 ans, on est dans le rouge, à 12 ans, dans l'orange et à 10 ans dans le vert. Les principaux ratios de gestion, que nous suivons bien-sûr régulièrement, me permettent de vous dire, dès aujourd'hui, que la capacité de désendettement de la CAGV sera inférieure à 7,5 années dans le prochain compte administratif de 2016. Ce qui est un excellent ratio !
Quant à nos dépenses de fonctionnement, non seulement elles sont maîtrisées, mais elles sont même en forte baisse. Elles ont baissées de 7 % les deux dernières années, ce qui représente la somme de 2 M€.

Quant à notre taux d'épargne brute, il est de18 %, soit 4,5 M€.

En clair, après l'orage menaçant de 2014-2015, l'Agglomération du Grand Villeneuvois est sortie de cette zone de turbulences, a retrouvé ses marges de manœuvre et une bonne santé financière.

Naturellement, il ne s'agit pas pour autant de relâcher nos efforts, notamment en ce qui concerne les dépenses de fonctionnement et de personnel. En ce qui concerne les écarts importants de CFE constatés, dans quelques cas, comme je l'ai indiqué, nous examinerons les correctifs possibles. Nous avons une stratégie, une prospective jusqu'en 2020, nous la tenons.

C'est dans cette optique que nous avons adopté le schéma de mutualisation des services. Depuis le 1er janvier 2017, nous avons mutualisé le Pôle Ressources entre l'Agglomération et la Ville de Villeneuve, c'est à dire la DRH, les Finances et l'Informatique.

Nous poursuivons ainsi une démarche initiée il y a quelques années avec le Pôle Urbanisme et le service des Marchés publics.

Je tiens à remercier et à saluer les agents de ces services parce que cela représente pour eux des changements et des capacités d'adaptation, et je veux leur dire que je n'ai aucun doute sur leur capacité à réussir ce challenge. Je pense en particulier au service de la DRH qui doit désormais assurer la gestion de plus de 800 agents.

Nous avons aussi réorganisé et optimisé notre système de collecte des ordures ménagères, avec la construction d'un quai de déchargement et une nouvelle organisation des tournées. Ce qui nous a permis de réduire fortement le coût de ce service de 11 %, soit 582 000 €. Nous allons poursuivre cette démarche d'optimisation avec le développement des conteneurs enterrés et de la conteneurisation. A cet égard, je voudrais saluer les agents du service des OM qui exercent leurs missions dans des conditions difficiles, notamment comme ces jours-ci en raison de la météo.

En matière de voirie, comme je m'y étais engagé, nous avons arrêté un programme pluriannuel d'investissement jusqu'en 2020 permettant à chaque commune de connaître son «droit de tirage» annuel. Pour répartir les crédits, nous avons aussi défini un critère absolument objectif : la surface de voirie de chaque commune. Difficile de faire plus objectif ! De plus, en accord avec les communes, il a été décidé qu'elles reverseraient une part de leur FPIC pour accroître le budget destiné aux travaux de voirie. Cela représente une somme de 300 000 €, qui sera intégralement affectée au budget de la voirie.
Deux communes ont décidé de ne pas être solidaires des 17 autres communes sur cet objectif et ces moyens, personne n'en ignore les vraies raisons, et on ne peut que le déplorer. Naturellement, par souci d'équité envers les 17 autres communes, qui ont toutes joué le jeu de la solidarité et d'une plus grande efficacité dans un domaine important, il sera procédé aux ajustements nécessaires en proportion de ce qu'elles auraient du apporter.

Dans le domaine culturel, je voudrais saluer nos deux écoles : l'école de Musique et de Danse, et l'école d'Art André Malraux, qui contribuent fortement à l'attractivité et au rayonnement de notre territoire.

Je tiens à dire ici publiquement à nos collègues, qui en ces temps de contraintes financières, pourraient être tentés par des coupes claires dans le domaine de la culture, que ce serait une orientation dangereuse. Il y a aujourd'hui un risque qui nous menace avec le renforcement des grandes métropoles et tout l'enjeu pour nous à l'avenir, comme pour les autres agglomérations de taille moyenne, sera de positiver notre situation par rapport à la métropole bordelaise. Le risque est en effet fort de voir ces grandes métropoles rayonner économiquement et culturellement avec à leurs marges des déserts. C’est un problème politique et de société majeur. Il ne faut pas laisser ces déserts se créer, se développer, parce que nous savons déjà qu'ils n'entraîneraient dans la population que des sentiments de rejet, de frustration et de délaissement peu propice, nous le savons aussi, à la raison et à l'ouverture d'esprit.

Alors oui, il faut se battre, il faut se battre ici et maintenant, y compris dans le domaine culturel. Nos écoles ont à cet égard un rôle important à jouer, dans leurs murs et hors de leurs murs. C'est d'ailleurs ce que fait l'Ecole de Musique avec un programme de manifestations dans les différents villages, ou avec la très belle et très porteuse d'avenir opération Orchestre à l'école, initiée dans le cadre de la politique de la ville et qui est appelée à se développer.

L'attractivité du territoire, ce sont aussi des services à la personne efficients, comme les trois maisons de santé pluridisciplinaires, les centres de loisirs, les RAM et les crèches dont je salue aussi les agents pour leur attention particulière et leur professionnalisme.

Si 2016 a été l'année où nous avons posé les bases d'une stabilité financière durable de l'Agglomération, ce fut aussi l'année du développement durable.

L'année où l'Agglomération du Grand Villeneuvois a été reconnue nationalement pour son action en faveur du développement durable en bénéficiant du label
«Territoire à énergie positive pour la transition énergétique». Grâce à cette reconnaissance nationale, avec Michel Van Boosstraeten, j'ai pu signer à Paris avec Ségolène Royal, la Ministre de l'Environnement, une convention nous permettant de percevoir 2 millions d'euros pour financer sur le territoire du Grand Villeneuvois des investissements en matière de développement durable et de transition énergétique engagés par l'Agglomération, mais aussi par des communes ayant des projets dans ce domaine : Monbalen, Pujols, Saint-Etienne-de-Fougères et Villeneuve-sur-Lot.

Le Villeneuvois est riche de son patrimoine historique et architectural. Nous sommes dans ce domaine également reconnus nationalement et labellisés comme Pays d'Art et d'Histoire. Nous devons préserver, valoriser, mettre en valeur notre patrimoine parce que c'est notre bien commun et notre mémoire commune, mais aussi parce que c'est un levier pour notre développement futur, notamment dans le domaine touristique.

C'est en particulier le cas pour le Lot. Il y a quelques semaines, j'avais invité une dizaine d'acteurs du tourisme de notre territoire pour échanger directement. Le Lot est clairement apparu comme un moyen d'identification du territoire et un véritable atout touristique. Une étude d'aménagement paysager des bords du Lot a été lancée par l'Agglomération, et dans cette même logique, je souhaite qu'elle puisse se traduire rapidement par des travaux de mise en valeur des berges du Lot.
C'est un lieu privilégié pour que les habitants du grand Villeneuvois et les touristes se réapproprient le Lot.

Nous avons aussi lancé en 2016, en partenariat avec la Chambre d'Agriculture, l'opération Fermes de Lot et Bastides, pour faire connaître aux habitants et aux touristes le savoir-faire de nos agriculteurs et la qualité des produits de chez nous. 21 agriculteurs ont participé à cette opération dès la première année et en ont tiré un bilan positif. Cette opération sera donc poursuivie et amplifiée.

La formation est un sujet majeur pour construire l'avenir de notre territoire. Chaque fois qu'il y a une étude socio-économique sur le Villeneuvois, la faiblesse du territoire en matière de formation est pointée du doigt. C'est pour cela qu'avec les organismes de formation, les lycées Leygues et Couffignal, nous travaillons sur un projet territorial de formation.

J'ai rencontré le proviseur des 2 lycées qui sont appelés à se regrouper, M. Bollé, et nous sommes tombés d'accord pour que le futur grand lycée commun devienne véritablement le lycée du territoire, le lycée du Grand Villeneuvois. Et c'est ensemble que nous rencontrerons la Région pour défendre un véritable projet de formation territorial.

C'est dans ce cadre que je souhaite qu'un Campus formation puisse voir le jour sur le site de Saint-Cyr avec plusieurs organismes de formation, mais aussi l'Institut de Formation des Soins Infirmiers.

Un projet prend forme. C’est un travail long et compliqué, mais une chose est sûre c’est que si on ne fait rien, il ne se passera rien. Ce projet sera prochainement présenté au Conseil régional, dont la décision sera déterminante puisque c’est désormais la collectivité compétente en matière de formation.
C'est un enjeu essentiel pour le territoire du Grand Villeneuvois, pour ses entreprises et pour tous ses habitants quelle que soit leur commune. Et je ne doute pas que mes collègues maires, et vous tous ici, élus du Grand Villeneuvois, comprendront et s'approprieront ce sujet de la formation, qui est un enjeu vital pour l'avenir de notre territoire.

Autre enjeu vital pour le territoire, l'enjeu lié à l'aménagement.

Nous avons engagé l'an dernier l'élaboration d'un Plan Local d'Urbanisme Intercommunal à l'échelle de l'Agglomération. En réalisant tous ensemble ce document, nous économisons bien-sûr des coûts, mais surtout, cela nous permet d'avoir une vision plus globale et plus cohérente de l'aménagement de l'ensemble de notre bassin de vie. Je salue à cet égard l'équipe du Pôle Urba, «les architectes de notre avenir», dont je connais la complexité des nombreuses missions, de fournir leur ingénierie aux maires tout en ayant une vison de l'aménagement global de l'ensemble du territoire.

Bien sûr, nous devrons respecter le cadre fixé par la loi, notamment en matière d'habitat, et nous devrons prendre en compte de grandes orientations comme la nécessité de préserver les espaces naturels et agricoles. Il y aura aussi un autre enjeu, qui est celui de maintenir les équilibres entre la ville-centre, qui est Villeneuve et qui représente plus de la moitié de la population, et les autres communes du territoire.

En effet, et ce sera certainement un des enjeux majeurs de cette démarche, nous devons tous prendre conscience que nous faisons partie d'un même territoire, d'un même bassin de vie, d'un même bassin d'emploi et qu'il y a donc une véritable interdépendance entre nous. Notre destin est lié quelle que soit notre commune historique et de cœur.

Je l'ai dit lors des vœux à Villeneuve et je le redis ici devant tous les élus du Grand Villeneuvois parce que je crois que c'est un sujet important pour l'avenir, il faut que nous comprenions tous que si nous ne prenons pas en compte les évolutions des pratiques de consommation, que l'on constate partout et pas seulement chez nous, un déclin commercial du centre-ville de Villeneuve, qui est le cœur de l'Agglomération, aurait immanquablement des conséquences sur tout le reste du territoire. Si la ville-centre ne conserve pas son rayonnement, c'est tout le reste du territoire qui en pâtira. Ou nous nous en sortirons ensemble, ou nous déclinerons ensemble !

Dans ce domaine aussi, je suis convaincu qu'il n'y a pas pire politique, que la politique du laisser faire. C'est à la puissance publique, garante de l'intérêt général, à la collectivité, de fixer le cadre.


Il ne s'agit en aucune façon de bloquer le développement commercial de la périphérie, et nous en avons discuté encore hier avec le maire de Bias de façon intelligente et constructive, mais de mieux l'organiser et de façon complémentaire au développement commercial du centre-ville. Chacun peut et doit trouver sa place et ses clients, qui sont d’ailleurs les mêmes, sur notre territoire.

C'est pour cela que nous proposerons de réserver en périphérie les commerces de plus de 300 m2 et de réserver notamment au centre-ville les commerces d'habillement et de chaussures. Ce qui laisse en périphérie un champ d'activités très important. C'est d'ailleurs aussi l'intérêt de notre bassin de vie que des enseignes locomotives puissent s'y installer.

Notre objectif, c'est la complémentarité. Une complémentarité qui passe par des règles.

C'est un sujet qui concerne l'économie locale et le développement économique est au cœur de l'action communautaire. Depuis le 1er janvier 2017, l'Agglomération est compétente sur toutes les zones d'activités. J'en profite pour féliciter la direction du Développement économique qui joue un rôle important d'accompagnement des entreprises, mais aussi, et c'est essentiel, d'anticipation.

Aujourd'hui, l'activité économique repart. Sur le terrain, et je rencontre des entreprises régulièrement, on peut constater que l'investissement redémarre, ce qui est une bonne nouvelle pour l'emploi.

Je pense au groupe Deuerer, qui produit des aliments pour les animaux, qui devait choisir entre trois sites en Allemagne, en Angleterre et à Villeneuve-sur-Lot pour développer ses activités. Il a choisi Villeneuve avec plus de 25 millions d'euros d'investissement et la création de plus de 50 emplois.

Je pense au groupe Fonroche qui a construit une unité de méthanisation. On parle souvent de développement durable, concept que l'on met souvent à toutes les sauces, mais là c'est du concret ! Avec les déchets de l'industrie agro-alimentaire et de l'agriculture, du bio-gaz est produit et revendu. Ce qui fait d'ailleurs de Villeneuve un cas unique en France, puisque l'unité de méthanisation produit suffisamment d'énergie pour alimenter la moitié de la population villeneuvoise ! Fonroche a de nouveaux projets, notamment pour développer des stations d'alimentation en bio-gaz qui pourraient servir aux entreprises de transports routiers. Une grande entreprise villeneuvoise de transport est intéressée. La Ville et l'Agglo vont aussi s'y intéresser pour leurs propres flottes de véhicules.

Je pense aussi à l'entreprise Hardag, qui fabrique des boîtes de conserves et qui, grâce à un accord négocié avec la mairie et un investisseur, va pouvoir s'agrandir et se développer. Je pense aussi à l'entreprise les Vergers d'Escoute que nous accompagnons, qui va quitter Penne pour s'installer dans le Grand Villeneuvois à Sainte-Livrade.

Nous allons avoir un impératif, qui est celui de trouver du foncier disponible et correspondant aux attentes des entreprises.
C'est un grand chantier qui nous attend. Nous savons que sur l'agglomération, nous avons besoin chaque année de 8 ha de zones d'activités en intégrant la réhabilitation des friches industrielles. Sur la commune de Villeneuve, nous avons besoin d'au moins 2 ha de zones d'activités par an. Il suffit de constater que la zone d'activités du Villeneuvois, route de Tournon, commencée il y a dix ans avec 23 ha, est quasiment complète.

Nous avons commencé à acheter 9,4 ha de terrain avenue Henri Barbusse en face de la zone de la Barbière. Il faudra étendre notre périmètre de réflexion et d'aménagement dans ce secteur. L'enjeu, c'est l'activité économique et l’emploi !

Plusieurs entreprises qui ont des projets manifestent leur intérêt, dont le groupe GIFI, qui emploie à Villeneuve 850 salariés, et qui aurait besoin d'une quinzaine d'hectares pour développer ses entrepôts logistiques.

Vous le voyez, en 2017, le contexte économique est en train de changer : ça repart !

2017 sera une année importante. Notre pays aura des choix cruciaux à faire avec des élections présidentielles et législatives. Comme vous le savez, j'ai décidé de me consacrer pleinement à Villeneuve et au Grand Villeneuvois. Cela ne m'empêchera pas, comme élu et comme citoyen, d'être très attentif, vigilant et actif pour la défense de notre territoire.

Je forme donc le vœu que ceux qui auront en main les destinées de notre pays quels qu'ils soient, auront bien pris la mesure des efforts déjà accomplis par les collectivités territoriales pour le redressement des finances publiques, et qu'ils comprendront, comme l'a déjà indiqué le Président de la République lors du congrès de l'AMF, qu'une pause est dans ce domaine nécessaire.

Je forme aussi le vœu que l'importance du service public qui certes, doit être modernisé, soit clairement affirmée et défendue. Je travaille chaque jour avec des agents de l'Agglomération. Je connais donc leur compétence et leur sens de l'intérêt général, parfois même la vision qu'ils ont de l'avenir de notre territoire.

Je sais aussi comme élu local que le service public, c'est celui qui est au service de tous et notamment des plus pauvres. C'est ce qui nous permet de vivre ensemble. Oui, c'est parce qu'il y a un service public que j'ai pu voir l'an dernier dans une école des enfants jouer ensemble de la musique, alors que probablement beaucoup d'entre eux n'auraient, sans le service public, jamais eu accès à un instrument.

Je vous souhaite à toutes et à tous une très belle année 2017.


  Lire la suite >>>

Politique de la Ville

Appel à projet 2017

Aujourd’hui, plus que jamais, la politique de la ville et sa dimension transversale est l’instrument indispensable de la volonté conjointe de l’État et des collectivités d’avancer dans cette direction.

A travers les trois piliers de son contrat de ville, la Communauté d’Agglomération du Grand Villeneuvois souhaite replacer l’homme au centre de sa réflexion en particulier dans les quartiers prioritaires de Villeneuve sur Lot et de Ste Livrade sur Lot. Adossé à une République garante de la liberté, de l’égalité, de la fraternité et de la laïcité, chaque habitant, chaque acteur, doit pouvoir trouver dans son environnement quotidien matière à son épanouissement en termes d’économie, de renouvellement urbain, de cohésion sociale, d’éducation ou de culture.

C’est l’objectif de cet appel à projets 2017 qui devra répondre à ces grandes problématiques en favorisant toutes les initiatives qui permettront d’améliorer l’attractivité des quartiers prioritaires et y développera le vivre-ensemble, condition nécessaire à la bonne évolution de toute société. La lutte contre toutes les formes de discriminations, la promotion de la femme dans l’espace public, la stimulation de l’esprit d’entreprise et le développement de toutes les formes de mobilité seront, en 2017, privilégiées.

Elle se déploie au sein des quartiers dits « prioritaires » :
[list]Quartier « Bastide au bord du Lot » à Sainte Livrade sur Lot
Quartier « Bastide » à Villeneuve sur Lot[/list]

[blank:pdf/20161215-appel-a-projet-2017.pdf][b]>>> Télécharger le dossier d'appel à projet 2017[/b][/blank]

Le présent appel à projet est ouvert dès le 15 décembre 2016. [b]Les dossiers complets devront être renseignés via la téléprocédure avant le 5 février 2017.[/b]

Les porteurs de projets disposent de cette période pour :
[list]prendre contact avec le technicien en charge de la politique de la ville sur le territoire concerné par leur action
effectuer les démarches en vue de compléter leur demande en ligne.[/list]
  Lire la suite >>>

2 M€ pour l’Agglomération du Grand Villeneuvois

Territoire à Energie Positive pour la Croissance Verte (TEPCV)

2 M€ pour l’Agglomération du Grand Villeneuvois : Territoire à Energie Positive pour la Croissance Verte (TEPCV)

L’action de l’Agglomération du Grand Villeneuvois en faveur du développement durable a une nouvelle fois été reconnue et soutenue au niveau national.

Le président Patrick Cassany se rendra ce jeudi 3 novembre à Paris pour signer avec Ségolène Royal, Ministre de l’Environnement, un avenant à la convention “ Territoires à énergie positive”.

Grâce à cet avenant, l’Etat versera à l’Agglomération du grand Villeneuvois 1, 5 M€ supplémentaires. Ils s’ajoutent au 500 000 € déjà accordés le 6 juillet dernier. Au total ce sont donc 2 M€ que l’Etat accorde à l’Agglomération du Grand Villeneuvois pour la soutenir et l’accompagner dans sa démarche exemplaire en matière de développement durable et d’économie d’énergie.

Ces aides permettront à l’Agglomération d’améliorer le service de collecte des déchets, de réhabiliter le centre technique communautaire, de lancer un programme d’éclairage public avec des LED.

Cet avenant va aussi permettre aux communes membres de l’Agglomération qui avaient postulées à ce projet de bénéficier de subventions. Villeneuve-sur-Lot sera ainsi aidée pour ses travaux d’économie d’énergie dans ses bâtiments, pour moderniser l’éclairage public et développer sa flotte de véhicules électriques. Monbalen et Saint Etienne de Fougères seront subventionnées pour les travaux d’économie d’énergie dans des bâtiments communaux, comme Pujols qui sera aussi soutenue pour la création d’une flotte de voitures électriques.

La labellisation “Territoires à Energie Positive pour la Croissance Verte” conforte l’action de l’Agglomération pour s’engager dans cette démarche et inscrire la transition énergétique comme un axe majeur de son action.

[img:img/20161102-TEPCV-450.jpg,,Territoire à Energie Positive pour la Croissance Verte (TEPCV)]
  Lire la suite >>>

Lutte contre le moustique-tigre : soyez secs avec les moustiques !

Le Moustique-Tigre est annoncé sur notre territoire. Cet insecte est porteur de la dengue, du chikungunya et du zyka, des pathologies qui peuvent s’avérer dangereuses.
Pour éviter la prolifération de cet insecte, l’Agence Régionale de Santé en partenariat avec le Conseil Départemental de Lot-et-Garonne, préconisent des actions préventives visant essentiellement les petites collections d’eau artificielles ou eaux stagnantes qu’il convient d’éliminer :
- seaux, vases, soucoupes, plastiques, jouets : après vidage, les retourner,
- fûts et citernes : à emmailloter dans une moustiquaire ou plastique,
- écoulements de gouttières : à nettoyer régulièrement,
- pneus, boîtes de conserve et tout petit réceptacle d’eaux pluviales ou domestiques à découvert : après vidage, retournement des réceptacles.
Les gîtes de reproduction de ce moustique sont en grande partie fabriqués par l’Homme. Ils se trouvent souvent au sein des espaces privatifs (cours, jardins…). Dans ce cas, il est impossible de les recenser tous, d’autant que beaucoup sont temporaires, aléatoires ou difficiles d’accès.
Un appel à la vigilance est donc lancé pour les personnes à risque (femmes enceintes par exemple) ou affaiblies...

[b]Réunion d'information jeudi 15 septembre 2016, de 14h30 à 17h, à la Maison de la Vie Associative Villeneuve-sur-Lot[/b]
>> [blank:doc/Moustique_tigre_Presentation V_ FINALE.pdf]Télécharger la présentation[/blank]
>> Plus d'info sur [blank:http://albopictus47.org] albopictus.org[/blank]

  Lire la suite >>>

L'hebdo radio du Grand Villeneuvois
La rainette
Achetez en Villeneuvois Rejoignez-nous sur Facebook
Mentions légales
Communauté d'Agglomération du Grand Villeneuvois - 24 rue du vieux pont - 47440 - Casseneuil
Tel: 05.53.71.54.81 - Fax: 05.53.40.16.55 - contact@grand-villeneuvois.fr